Accueil » Ardenne » Chantier de la Prise d’eau à Buret – août 2015

Chantier de la Prise d’eau à Buret – août 2015

Commentaires récents

Geay.daniel sur Les « Sètches Pires…
Jean-Luc LEMAIRE sur Meilleurs voeux 2017
bernard sur Meilleurs voeux 2017
Daniel geay sur Meilleurs voeux 2017
blupech sur Meilleurs voeux 2017

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Samedi 22 aout 2015

Un peu d’inquiétude en abordant ce chantier à la Prise d’eau à Buret chez notre ami Henri.

Pour une fois, il ne s’agissait pas du temps mais du planning très chargé de nos Sètches Pires (Transsemoisienne à cheval (ou en poursuivant son cheval, à ce que j’ai bien compris), marche Adeps à gérer, vacances, anniversaire – mais qui donc peut avoir son anniversaire un jour de chantier ?).

C’est vrai que le défi du w.e. est de taille : un mur de soutènement de 14,40 m de long, de 1,80 m de hauteur (avec les fondations) et 0.60 m de large minimum pour assurer la stabilité.

IMG_5057_smallLe mur n’est pas non plus en ligne droite mais présente 2 courbes à prendre avec délicatesse… et efficacité.

Les fondations ont été creusées et pas de main morte : elles descendent parfois à près de 40 cm sous le sol réel. Le mur ne bougera pas, c’est certain mails il nous faudra attendre un certain temps avant qu’il ne sorte du terrain.

Finalement, pas de souci quant à la présente de murailleurs : outre la famille d’Henri au grand complet, Anne, Félix et Joseph, dont l’âge moyen (si on retire Henri du comptage, bien entendu) rajeunit drastiquement l’âge moyen d’un murailleur SP, le mur peut compter sur des artisans confirmés comme Olivier, Alain, Jean-Noël (même s’il arrive comme par hasard pour l’apéro) et Thibaut.

2015-08-22_SP_Buret

La « semelle », les fondations, prend vite forme. Un tuyau de drainage doit être protégé : le « redoutable » Alain en fait l’analyse et dresse les plans de protection qui seront suivis à la lettre.

Sètches Pires - Chantier de Buret - Août 2015

Je ne l’ai pas dit mais le terrain n’est pas tout-à-fait plat : il s’échelonne plutôt en trois plates-formes qu’il faudra mettre à niveau. Nous commençons par le côté Nord, le côté le plus bas que traverse également le tuyau de drainage qu’il faut « habiller » correctement afin que le poids du mur ne l’écrase pas, à la longue, dans une bonne centaine d’année.

C’est que nous construisons pour du long terme et ne visons pas moins que 200 ans de longévité. Bon, ce n’est pas nous qui vérifierons, allez-vous me dire.

L’ardeur au travail est de si bonne qualité que nous en oublions d’allumer le barbecue traditionnel. Pourtant, c’est l’heure du « qui commence par M et finit par K », un Maitrank fait maison et bien rafraichissant.

Sètches Pires - Chantier de Buret - août 2015

Le travail reprend après cette pause bien méritée ; la première couche de la semelle (celle ou nous devons choisir précautionneusement les pierres qui la composeront et leur donner d’ores et déjà la « fuite », l’angle de 8° vers l’intérieur du mur) est réalisée jusqu’à l’extrémité Sud du mur.

Du côté Nord, le mur sort déjà du sol et le drain est protégé.

Nous quittons les lieux, fatigués, poussiéreux mais contents de l’avancement des travaux.

Nous savons que nous perdons Alain, Olivier et Jean-Noël ce dimanche mais sommes néanmoins confiants dans le lendemain.

Sètches Pires - chantier de Buret - août 2015

23/08

10h00 : tous les pêcheurs sont déjà à leur poste:-) . Il est temps maintenant de construire les gabarits et de tirer les cordeaux : le mur, sortant de terre, se doit d’être le plus droit possible. Les pieux sont plantés, le fruit est calculé (8% au moins), c’est-à-dire que le mur ne sera pas vertical mais « rentrant » dans le talus à raison de 8 cm par mètre afin de compenser le poids du talus. Les couches de pierre composant le mur sont bien horizontales mais les pierres sont elles-mêmes inclinées vers le talus : c’est le principe des murs-poids. La résultante est verticale, d’où l’importance de fondations solides.

Surprise: Anne, puis Amandine nous rejoignent, suivie, en début d’après-midi, par Lynn. Le mur est ainsi couvert d’un bout à l’autre. Le travail est toujours un peu plus lent que d’habitude et ce, pour plusieurs raisons : le mur n’est pas encore sorti de terre sur sa plus grande longueur et il faut protéger le tuyau qui ne sera pas dans le mur mais dans la partie drainante arrière. Tant que nous n’aurons pas dépassé ce niveau, on aura toujours un peu l’impression de « chipoter » quelque peu.

Sètches Pires - chantier de Buret - Août 2015

Le travail n’empêche pas les discussions et bien entendu, comme d’habitude, on discute, on refait le monde, on chambre les absents comme les présents avec beaucoup d’enthousiasme et bien des rigolades. Vous ne voudriez pas que l’on soit sérieux, en plus de notre travail de forçat, tout de même.

Vous le répéterais-je encore ? Non, vous l’avez bien compris maintenant : vint l’heure du MK, du barbecue, du verre de vin rouge, du café, du pain d’épice de Joseph et du retour sur le mur.

Sètches Pires - Chantier de Buret - Août 2015

Et quand je dis « sur », c’est sur le mur et, mon dieu, que la terre est basse. Le vent se lève ; il souffle même tellement qu’il renverse entièrement Thibaut qui fait une « couperoute » complète sur le mur sans en desceller une seule pierre, preuve de sa constructivité sans faille (je parle de Thibaut et du mur, bien sur).

Sètches Pires - chantier de Buret - août 2015

16h45 : il commence à pleuvoir ; l’orage que nous avions aperçu à l’horizon se rapproche. Prudemment, nous rentrons les outils et bien nous fîmes car la pluie, après une accalmie qui nous permit de faire quelques photos, reprend tranquillement mais très régulièrement.

Ce n’est pas grave : le mur a, à nouveau, bien avancé. Nous y reviendrons très certainement plusieurs fois cette année encore, hors dates de chantiers programmés avec quelque volontaires pour une après-midi au soleil.

Si cela vous intéresse, restez donc à l’écoute.

Sètches Pires - chantier de Buret - août 2015

En septembre, nous serons à Ottré (Bihain) pour un habillage d’un mur de béton. Gabarit, cordeaux et inclinaison des pierres de rigueur pour ce nouveau type de travail que nous n’avons pas encore rencontré.

A très bientôt pour la suite des aventures.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d bloggers like this: