Articles

Commentaires récents

Geay.daniel sur Les « Sètches Pires…
Jean-Luc LEMAIRE sur Meilleurs voeux 2017
bernard sur Meilleurs voeux 2017
Daniel geay sur Meilleurs voeux 2017
blupech sur Meilleurs voeux 2017

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Les « Sètches Pires » sur la RTBF (12-08-2017)

Reportage pour le 13h de la RTBF, ce 12 août 2017.

La caméra a suivi un des chantiers des « Sètches Pires » à Houffalize puis fait un petit détour par les jardins de Wibrin avec Amandine Schauss, du PNDO.

Cliquez sur la photo pour suivre ce reportage sur le site Auvio de la RTBF.


On en parle…

 

Bonjour,

Voici l’article de presse sur la remise des prix du RND: 20170612_L-Avenir-Local-Luxembourg_p-6

Bien à vous, Jean-Noël

Invitation à notre chantier de Salle (Bertogne), les 25 & 26 mars 2017

« Pierres qui roulent… » Saison 16 – l’Ecriture

Reproduit avec l’aimable autorisation de l’association des artisans Laviers & Murailleurs de Bourgogne.

 

2n

Saison 16 – L’écriture 

Gravures – Inscriptions lapidaires – Appareillages – Poèmes – Lettres

Edito

A l’heure où des vœux s’écrivent pour voir fleurir les jours à venir, 

les pierres, depuis longtemps, en leur cœur nous délivrent des messages.

Des messages à déchiffrer, à lire, à travers les cristaux, à travers les murs.

Des lettres gravées, cachées sous une pierre taillée.

Que nous racontent-elles ?…

Comment déchiffrer ces écritures ?…

En souhaitant le meilleur à toutes nos relations.

Bonne lecture !

Comme un grand livre ouvert

Marie Chastel graveur Pierres qui roulent

(extrait) 

« Lorsque je promène ma carcasse menue par monts et par vaux, je n’oublie jamais que tous les signes produits par le monde – sauvage et libre ou humanisé – sont colligés dans les replis de la Terre, imprimés sur ces pages sublimes que sont les pierres.

C’est dans ces errances heureuses, dans ces marches salvatrices et solitaires, dans ces pas souples et lents, que l’envie de graver souvent me prend.

Graver dans la pierre…

Laisser ici ou là, de par le monde et sur le roc, comme de petits tatouages, juste imaginés pour célébrer la grâce d’un monde aimé, celui qui me lie à la dimension brute et pourtant follement élégante du dehors.  Celui qui me relie aussi à quelque chose de très ancien. D’antédiluvien.

Quelque chose que je ne sais pas dire mais qui anime pourtant chacun de mes gestes de graveur. Gestes qui ne sont certainement pas très différents de ceux exprimés par mes ancêtres cavernicoles ! Tout comme est ténue la distinction de leurs outils avec les miens : une poignée de ciseaux et deux maillets de bois, prolongement de la main  qui vient incarner la pensée.

Simplicité et légèreté. Compagnes, complices, de mon expression gravée.

Mais avant la gravure, il y a la rêverie, l’imaginaire et la divagation ! Comme il est savoureux de laisser son esprit vagabonder à la recherche de mots beaux à penser, à murmurer, à calligraphier. Choisir un vocable généreux avec le souhait de le confier ensuite à la pierre. Pour le transmettre enfin au regard et au toucher de l’Homme. Partager. Composer ces mots, les calligraphier, s’amuser avec eux, avec leurs jambages et leurs empâtements, leurs courbes et leurs diagonales, leurs pleins et leurs déliés est un exercice jubilatoire qui apaise autant qu’il stimule. Et lorsque ces caractères se mettent en vie dans la pierre jouant sans fin avec l’ombre et la lumière, ils deviennent supports à la finesse d’une méditation qui équilibre l’être tout entier. »

Marie Chastel – texte inédit -, graveur et écrivain,

auteur de Le secret des pierres, petite célébration du monde minéral,

éditions Transboréal

Rencontrez Marie Chastel en écoutant cette émission de radio (France Inter)

Photo : Marie Chastel. « Le rire de la pierre » (détail). Pierre de Tavel (Gard).

 Les signes lapidaires

signes lapidaires laviers et muraillers de bourgogne

(extraits)

Toute société, toute culture sont consubstantielles aux signes. II n’est pas de communications qui ne soient liées à leur emploi. (…)

Les artisans de la pierre (tailleurs de pierre, carriers, etc.) n’échappent pas à la règle. Matériau pérenne, la pierre a dans la plupart des cas bien conservé ces signes à travers les siècles, voire les millénaires. Leur étude en est donc possible. (…)

De tout temps et en bien des lieux, là où l’homme exploita la pierre, les marques eurent tendance à paraître. Signes par essence, les marques gravées délivrent divers messages.

Les signes utilisés par les artisans de la pierre sont de deux types : les signes identitaires et les signes utilitaires.

Les premiers expriment l’identité de leur auteur dans le but de justifier un paiement, un salaire. C’est ce que l’on nomme communément « la marque de tâcheron ». (…)

Plus que de simples marques de fabrique, ses signes font donc partie dans ce cas d’un système plus large de faire-valoir individuel ou collectif. (…)

Les signes utilitaires ont vocation à renseigner les différents protagonistes qui interviennent dans la construction d’un ouvrage en pierre.

Ces marques répondent donc à des besoins spécifiques afin de faciliter la mise en place des pierres.

Ce sont les signes de pose (qui indique le sens de la pierre sur elle-même) et d’appareillage (emplacement d’une pierre dans un ensemble). (…)

Les signes lapidaires entretiennent avec l’écrit des rapports directs et indirects.

Directs en ce qu’ils sont utilisés comme tels dans les documents écrits; indirects en ce qu’ils ont recours aux lettres comme éléments constitutifs, ou que leurs discours s’apparentent aux cohérences exprimées par l’écriture. (…)

Ainsi, la «marque de tâcheron» du tailleur de pierre va devenir un signe de reconnaissance individuelle en toutes circonstances, une sorte de signature.

Tracée en garantie par son propriétaire, elle s’inscrit dans un processus d’auto-réflexivité référentielle, à savoir qu’elle déclare par sa présence que le nom indiqué est bien le bon, qu’elle le confirme, qu’elle valide sa propre identité exprimée, sous une autre forme écrite. Son rôle est donc tout a la fois essentiel et complémentaire.

Article rédigé à partir de l’étude Signes gravés, signes écrits, signes reproduits
de Jean-Louis Van Belle

Lire du même auteur :

Pour comprendre les signes lapidaires  aux éditions Safran.

pour comprendre les signes lapidaires

Ce livre est un guide pratique pour connaître le signe lapidaire, son historiographie, sa morphologie et les apports de la glyptographie (étude des signes gravés) à l’histoire. L’auteur, Jean‑Louis Van Belle, docteur en histoire est fondateur et président du Centre International de Recherches Glyptographiques (CIRG).

Les éditions Safran offrent une réduction de 5% aux lecteurs de « Pierres qui roulent… » grâce au code promotionnel suivant  : 172802VB5 (valable jusqu’au 28 février 2017).

PHOTO du haut : Martin Muriot. Lettre gravée sur un  lit de pose d’un linteau, probablement au XIXème s. Calcaire à entroques du Jurassique, carrière de Nanton (71).

L’écriture des pierres

mur de pierre sèche bourgogne

Bâtis sans mortier liant, les murs de pierre sèche ont la particularité de mettre en valeur les formes des pierres de parement.

Ces formes sont induites par la nature géologique de la roche, par la structure même des minéraux qui la constituent et par les transformations que cette roche a subi aux cours de son histoire.

Bâtir à pierre sèche implique de s’adapter aux pierres; à leur densité, leur volume, leurs angles ou leur rondeur; de composer avec elles en un mode opératoire.

Les formes des pierres vont induire un type d’appareillage, une organisation, une écriture au rythme à chaque fois singulier.

appareillage pierre sèche Laviers & Murailles de Bourgogne

Les pierres d’un mur sont comme les lettres de l’alphabet. Assemblées correctement les unes aux autres, elles forment un ensemble harmonieux, structuré, intelligible.

L’écriture que forment les pierres d’un mur est une sorte de langage primordial, l’expression du minéral, qu’il nous est demandé de déchiffrer.

Les spécialistes l’ont étudié et classé en une typologie au savant nom  latin « d’opus« * : opus incertum, opus spicatum, quadratum,…

louis cagin mur de pierre sèche

Ces écritures offrent au regard une lecture au rythme à chaque fois différent:

Lignes de pierres équarries posées en assises régulières formant de longues phrases continues parfois ponctuées par un caillou hétéroclite ;

Ouvrages incertains aux mouvements calligraphiques, blocs chaotiques ;

Pierres anguleuses ou rondes formant des idéogrammes aux allures asiatiques ;

Pierres plates posées à la verticale ou à l’oblique évoquant les écritures archaïques.

Lettres, signes, symboles, les pierres d’un mur nous racontent bien des histoires.

Le geste du bâtisseur en sera la signature.

Appareillage pierre sèche Laviers & Murailles de Bourgogne

* œuvre, ouvrage

Poursuivre avec :

  •  « Bâtir des murs comme on écrit des mots«  , reportage paru dans le dernier numéro de Massif central magazine avec les muraillers de l’association RanoRaraku.
  • « Paroles de pierres », un film de Dominique Comtat (2008). Synopsis: « L’agencement des pierres est la plus durable des écritures par lesquelles l’homme imprime sur le paysage la marque de son passage. Pérennité des pierres, fugacité des êtres : après que les bâtisseurs ont disparu, les pierres continuent de raconter leur histoire. Ce sont ces récits analphabètes que le film nous offre à lire. Usage, culture, savoir faire… déshérence, oubli… renouveau ? Pendant que les images dévoilent ces témoignages lapidaires, les sons font ressurgir un passé révolu. »

PHOTOS : 

1- Johan Mary. Pierre calcaire du Jurassique. Opus assisé et couronnement clavé. Réalisation: association des artisans Laviers & Muraillers de Bourgogne.

2- Cathie O’Neil. Opus incertum, granit et grès. Ecole professionnelle de la pierre sèche (ABPS), Cévennes.

3- Louis Cagin. Basalte. Appareillage en opus incertum à Ollioules (83).

4- Cathie O’Neil. Mur de soutènement en courbe, Cévennes, schiste assisé avec clavade. Entreprise T. Brasseur.

 Chansons du murailleur

chansons du murailleur louis cagin

« Le silence des mots, obscur et lent empilement de signes,
comme l’odeur de la pierre sur mes mains de retour le soir,
au bout du mur,
est un lieu rond où je me rends, patient, visage buriné,
écrit sur toutes les faces,
où s’ouvrent toutes les portes et qui les condamne toutes.
Le silence des mots
au bout du soir, le labeur terminé,
il est juste derrière
ce n’est pas un secret
c’est le seul lieu où je ne suis plus seul. »

Louis Cagin

Les Chansons du murailleur  est un recueil de poèmes et de photographies inspirées par les travaux de restauration de murs de pierre sèche.

PHOTO : Louis Cagin. D’après la couverture du recueil.

Ecrire une lettre

candidature UNESCO laviers et muraillers de bourgogne

Soutenez la candidature UNESCO en adressant votre lettre de soutien :

  1. Téléchargez la lettre type.
  2. Copiez-collez la lettre sur un document de traitement de texte puis personnalisez-la.
  3. Enregistrez-la au format pdf.
  4. Envoyez-nous votre lettre de soutien. 

A titre d’exemple, la lettre de soutien de notre association.

Lire plus d’infos

Attention !

Date limite de la campagne de lettres de soutien

pour finaliser cette candidature:

Février 2017

 

¨Découvrez ou re-découvrez les numéros précédents de « Pierres qui roulent… »

Conception, rédaction (sauf mention contraire) et mise en page: Martin Muriot
Conception graphique et infographie: Johan Mary

Production: association « Laviers & Muraillers de Bourgogne »
Tous droits réservés – Janvier 2017

Nouveau projet au PNDO: valorisation, préservation et restauration du patrimoine commun relatif à la « pierre sèche »

pndo_2017-01_1

pndo_2017-01_2

Téléchargez l’article

 

Séance d’information sur le Patrimoine culturel immatériel en province de Luxembourg

« La Direction du Patrimoine culturel, Secteur de l’Ethnologie et du Patrimoine oral et immatériel, avec le soutien de la Commission du Patrimoine Oral et Immatériel, vous invitent à une séance d’information et de sensibilisation sur le Patrimoine Culturel Immatériel en province de Luxembourg.

Cette journée se déroulera le jeudi 23 mars au Palais abbatial de Saint-Hubert et est organisée en partenariat avec la Province de Luxembourg, Domaine provincial du Fourneau Saint Michel.

En fichier joint, vous pourrez prendre connaissance des premières informations, le programme précis de cette journée étant actuellement en cours d’élaboration.

A-vos-agendas-version-finale

Nous espérons que cette journée suscitera votre intérêt et nous vous serions particulièrement reconnaissants si vous pouviez transférer le présent message et le document joint à toutes personnes intéressées et, surtout, à tout porteur de patrimoine immatériel dont vous auriez connaissance. »

Au plaisir de vous voir bientôt,

Amandine

sp_amandine

Meilleurs voeux 2017

sp_2017