Home » Murs en pierres sèches » Biodiversité

Biodiversité

Les murs de pierres sèches sont des éléments marquants du paysage mais ils sont également importants pour la biodiversité.

Ils proposent en effet un habitat très favorable: les interstices fournissent gites et refuges ainsi que des lieux de reproduction protégés.

Ils servent également de support à une végétation, dite maigre, propre aux sols pauvres.

La colonisation des plantes se fait naturellement grâce au vent. La microfaune, formées de petits invertébrés, s’y développe ensuite. Aux lichens pionniers succèdent les mousses, constituant le premier humus, ensuite foisonnent les fougères, les orpins, la ruine-de-Rome, le géranium herbe-à-Robert.

 On y retrouve fréquemment des reptiles (lézards vivipares, orvets) et des petits mammifères du genre lérot, mulot ou chauve-souris. Les batraciens peuvent aussi hiberner dans les cavités.

On y remarque aussi bon nombre d’insectes qui y vivent toute l’année:

    • Les insectes (punaises, syrphes) y trouveront la chaleur et les cavités nécessaires à la chasse ou à la reproduction tout comme certaines espèces d’abeilles maçonnes (mégachile).

    • Différentes sortes d’araignées

    • Des petits papillons spécialisés (Setina) et des escargots vivent sur et dans les lichens et les mousses.

 

Certains oiseaux comme le moineau friquet peuvent s’y abriter. Quant aux oiseaux insectivores et carnivores comme la grive, les murs en pierres sèches se révèlent être un formidable terrain de chasse.

Sources:

< Article du 15.11.2013 >

Dans la muraille de Faugères (Hérault) – juillet 2014

.

La Salamandre tachetée

Ce samedi, à Bertogne, chez notre ami Bernard, nous avons découvert une jolie petite salamandre.

Voyez plutôt.

La Salamandre tachetée est facilement reconnaissable et impossible à confondre avec une autre espèce d’amphibiens. D’un aspect général boudiné, elle mesure en moyenne 15 à 20 cm et présente un dos noir avec deux bandes parallèles de taches jaunes ou orangées plutôt allongées et irrégulières. Son ventre est plus clair, gris foncé à bleuâtre, et sa queue est cylindrique. Sa peau est entièrement luisante. Elle possède également derrière les yeux deux glandes parotoïdes formant des bourrelets jaunes. En période de reproduction, le cloaque du mâle est saillant. Ovovivipare, la salamandre ne « pond » pas d’œufs mais bien directement des larves. Elle va garder en effet les œufs dans son utérus jusqu’à ce qu’ils éclosent.

Biologie

La Salamandre tachetée peut être active toute l’année, sauf lorsqu’il gèle la nuit. Habituellement, elle entre en repos hivernal ou en hivernation (léthargie, ralentissement du métabolisme) aux alentours du mois de novembre, et en sort vers février-mars. Elle passe généralement l’hiver dans un abri (souvent celui occupé lors de la belle saison), ou dans un milieu souterrain parfois commun à d’autres salamandres (grotte, galerie de mine, ou même cave de maison). Essentiellement nocturne, elle sort très peu la journée et ne s’active que lorsque le ciel est couvert ou sans lune, par temps humide ou après un orage, et quand la température ambiante excède 5,5°C. Elle se réfugie le reste du temps dans des abris divers (sous des souches, pierres, etc.).

R2gime alimentaire

Les adultes consomment principalement de petits invertébrés terrestres, tels que des arthropodes, annélides ou mollusques, alors que les larves sont plutôt opportunistes, dévorant divers invertébrés aquatiques, voire même ses congénères.

Habitat

La Salamandre tachetée a une préférence pour les forêts de feuillus divers, mais on la retrouve aussi en forêts mixtes. Elle peut vivre sur des sols sablonneux secs, à conditions qu’elle soit à proximité de points d’eau pour se reproduire. Elle vit donc principalement dans les parties humides des forêts ou dans des bois marécageux, mais aussi en lisières, aux abords des villages, dans des carrières ou dans des anfractuosités de vieux murs humides, etc. Elle évite cependant les monocultures, telles que les plantations d’épicéas, les champs, etc.

Source: http://www.batraciens.be/index.php?id=264

Ce site internet est réalisé à l’initiative du Service Public de Wallonie et de Natagora dans le but de promouvoir les opérations de sauvetage de batraciens.

<< Article du 27 octobre 2014 >>

.

2014-06-23_S-P_Bertogne-1

Salamandre dans les murets de Bertogne


Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s