Accueil » Presse

Presse

Reportage de TVLux sur les stages du GAL en 2013

TvLux_2013

Sauver le savoir faire lié au petit patrimoine. C’est le défi que se sont lancés des stagiaires à Tavigny, commune d’Houffalize. Ils restaurent les murs du Jardin du Curé …. uniquement en pierres sèches. Une méthode délaissée mais remise au goût du jour.

Magazine du Parc Naturel des Deux Ourthes – Printemps 2015

PNDO_Mag_2015_33

.

 

De véritables passeurs de patrimoine – 07/03/2015

HOUFFALIZEL’association «les setches pires» rassemble des passionnés de constructions en pierres sèches. Ils restaurent, informent.Ils se définissent eux-mêmes comme une «bande de joyeux lurons.» Pourtant, derrière la belle ambiance qui est de mise dans le groupe, ils sont de véritables passeurs du patrimoine. «Ils» ce sont les «setches pires», en français, les «pierres sèches.» Tout a débuté par un projet du Groupe d’Action Locale (GAL) Pays de l’Ourthe visant à remettre en lumière cette technique ancestrale de construction. À la tête de ce projet, Nathalie Malmedier. Intarissable sur le sujet, elle a pris son bâton de pèlerin: inventaires, sensibilisations et enfin plusieurs formations mises sur pied, autant pour les professionnels que pour les particuliers.Noyau durLa machine était en marche: «À l’issue de ces formations qui duraient plusieurs jours, nous nous sommes dit, à plusieurs, que ce serait ridicule que tout s’arrête là», explique Thibaut Westhof, une des âmes de ces «setches pires.»Aujourd’hui, ils sont une vingtaine à composer le «noyau dur» de l’association. «Mais nous avons une liste de 200 personnes intéressées par nos projets. Ils viennent de la région de Houffalize, Bastogne, La Roche-en-Ardenne mais également de la région liégeoise ou encore du grand-duché de Luxembourg», commente notre interlocuteur. La démarche du groupe s’articule sur plusieurs points: tout d’abord la sensibilisation à ce patrimoine qu’ils sauvent de l’oubli: «Dans ce cadre, nous avons participé à la fête des vieux métiers à Vaux-Chavanne, au salon Batimoi ou encore à la fête du Parc naturel des 2 Ourthes», souligne Thibaut Westhof. Ce dernier rêve de formations qui pourraient être mises sur pied, à l’instar de ce que le GAL avait organisé.Restauration voire constructionSecond axe mis en avant par le groupe: la restauration voire la construction de murs: «Ce n’est pas facile de restaurer un mur, surtout tout seul. L’idée est donc celle de: viens chez moi me donner un coup de main pour mon mur et je vais chez toi faire la même chose», enchaîne-t-il.Et l’idée plaît. Plusieurs chantiers ont déjà été réalisés en 2014 et un copieux programme est déjà planifié pour les prochains mois: «Nous nous retrouverons le 3e week-end de chaque mois, à partir de mars. Cette année, notre travail sera étalé sur un week-end et non plus la seule journée du samedi», note encore Thibaut Westhof. Du pain sur la planche en perspective pour ces «setches pires.»

Elles qui veulent que ces gestes d’artisans se perpétuent et que tous prennent conscience de ce patrimoine méconnu et malheureusement parfois détruit.

Jean-Michel BODELET (L’Avenir)
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20150306_00612433

Ils en parlent…des Sètches Pires.

PNDO_Spep_2014-1

Et plus généralement, voici l’article dédié aux murs en pierre sèche du dernier magazine du Parc Naturel des 2 Ourthes.

(à lire en entier sur www.pndo.be/fr/infos-documents/bibliotheque-documents

????????????????????????????

Septembre 2014

.

France: la pierre sèche est aussi un matériau d’avenir

Les 12 et 13 septembre 2013, à Joinville, en Haute-Marne, a eu lieu une Rencontre interrégionale sur la maçonnerie de pierre sèche. Deux militants fervents, Claire Cornu, chargée de Développement économique à la Chambre des métiers du Vaucluse, et Marc Lechien, directeur artistique du CAUE, ont saisi l’occasion pour faire le point sur la réhabilitation et les perspectivres de ce système constructif.

Article paru dans « Maisons paysannes » n°190

A lire et à télécharger ici: MPF n°190 hiver 2013

.

France: Vignes et pierre sèche

VinsNaturellement, l’homme a cherché à valoriser les coteaux les mieux exposés au soleil.

Pour en faciliter l’usage, il a du les modeler. Quoi de plus cohérent que de recourir à la pierre d’épierrement ?

Un article de Claire Cornu, agent économique à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de Vaucluse-Avignon en France, paru dans « La revue des œnologues » n°149.

A lire et à télécharger ici: revue des oenologues n°149 nov.2013

.

Gal – Pays de l’Ourthe -Newsletter février 2014

Gal_Newsletter_201402

.

PNDO_Mag_201402

Magazine du Parc Naturel des 2 Ourthes – Février 2014

.

GAL_SP

GAL – Pays de l’Ourthe – 8 octobre 2013

.

.

Press_Houff_Sept2013

Houffalize – le Bulletin n°3 – Septembre 2013

.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d bloggers like this: